Vendredi 14 Novembre
0:37

Toute utilisation des films "Une balle pour la paix" est interdite sur les sites à caractère commercial et autorisée sur simple demande pour les autres.




Inscription à la newsletter
 

Accueil Accueil    Envoyer à un ami Envoyer à un ami    Version imprimable Version imprimable    Augmenter la taille du texte Augmenter la taille du texte    Diminuer la taille du texte Diminuer la taille du texte

LE JOURNAL 'LA CROIX' ET UNE BALLE POUR LA PAIX...



LE JOURNAL 'LA CROIX' ET UNE BALLE POUR LA PAIX...
Cet ancien footballeur est à l’origine de l’opération «Une balle pour la paix»

Pour Tayeb Belmihoub, le monde est rond comme un ballon

Tayeb Belmihoub boîte bas. C’est la trace d’un match de football disputé la veille avec des détenus de la prison d’Osny, dans le Val-d’Oise… N’allez pas lui demander s’il a été victime d’un «tacle assassin». D’abord, ce n’est pas vrai. « C’est le terrain qui était bosselé », répond- il. Et puis cet amoureux du ballon rond et de la langue française ne supporte pas les métaphores martiales qui, à son goût, collent de trop près à son sport préféré. Lui voit le football comme un facteur de paix et il peut en parler pendant des heures.

C’est ce que ce ciseleur de phrases fait d’ailleurs. « Je n’ai eu de cesse d’aborder le football comme une rencontre d’êtres humains et comme un acte d’amour, au sens vrai du terme, reprend-il. Si, pendant cette Coupe du monde, les speakers, les commentateurs et les journalistes pouvaient ne plus employer aucun terme guerrier et ne plus commenter aucune décision d’arbitrage, il se passerait quelque chose d’important. On a une responsabilité vis-à-vis des enfants. Ce sont des vraies éponges. »

Tayeb Belmihoub affirme cela avec les yeux qui brillent et les mots d’un quinquagénaire inclassable qui a eu déjà au moins trois vies. D’abord footballeur professionnel au Paris FC, en troisième et deuxième divisions, à la fin des années 1970. Puis éducateur sur les pelouses de la banlieue parisienne. Et maintenant comédien et auteur de one-man-show, de retour de Cannes où les festivaliers ont pu entendre sa voix derrière le visage d’un personnage d’Azur et Asmar, le dessin animé de Michel Ocelot.

Sa prise de conscience qu’un match pouvait rapprocher les corps comme les âmes a commencé à prendre forme dès l’enfance. Ce fils de la mixité culturelle, né en France d’un Kabyle musulman et d’une nordiste catholique, a vécu à Alger de 1962 à 1965. Le choix politique des parents a été dur à vivre au départ pour leurs enfants. « Avec ma tête de petit Français, c’était infernal, raconte-t-il. Avec mes frères, on a eu droit à des bagarres pendant des mois. Et puis un jour, j’ai joué au ballon avec les gamins. C’était fini, je n’ai plus eu de problème. Je me suis rendu compte ensuite qu’on était avec le football dans un monde à part, un monde de communion, au-delà des cultures, des religions. C’était une évidence. »

Le footballeur devenu éducateur a puisé dans cette découverte le sens de son action auprès des enfants et des adolescents pour leur parler du ballon comme d’un outil de partage, de découverte et de tolérance, pas d’affrontement. Même quand onze joueurs ont chaussé des crampons pour en empêcher onze autres de marquer ? « Le football, c’est une rencontre, répète-t-il, Cela n’empêche pas l’engagement, ni la compétition. Mais plus il y a de résistance en face, plus c’est une manière de grandir. Remerciez toujours celui qui vous permet de grandir, c’est une bénédiction. »

La victoire à tout prix, ce n’est pas pour lui. « On gagne quand on est allé au bout de soi-même, c’est la seule et unique victoire », dit-il. Un jour, alors qu’un entraîneur adverse éructait à la mi-temps en demandant à ses joueurs de se montrer violents s’il le fallait pour s’imposer, Tayeb Belmihoub a ainsi demandé aux siens de «donner» le match. Pour donner une leçon. « Le football, ce n’est pas une fin, c’est un moyen d’éveiller les consciences », reprend-il. C’est désormais le sens de ses interventions en prison, où il va jouer régulièrement ses spectacles et parler de football.

L’expérience avec les détenus a commencé en 2003, en marge du festival de théâtre d’Avignon. « Ce qui m’intéresse, c’est de leur donner des paraboles pour qu’ils puissent avoir une compréhension et une lecture du monde, à partir de ce décodeur qu’est le football, explique-t-il. Je leur dis: “Quand vous faites tomber quelqu’un sur un terrain, si vous ne le relevez pas tout de suite, si vous ne prenez pas conscience que c’est aussi vous qui êtes par terre, si vous faites pareil dans la vie, un jour, il n’y aura plus de match. L’autre, il est moi, il est mon miroir, il est précieux, il faut que j’y fasse attention.”»


LE JOURNAL 'LA CROIX' ET UNE BALLE POUR LA PAIX...
«Je n’ai eu de cesse d’aborder le football comme une rencontre d’êtres humains et comme un acte d’amour, au sens vrai du terme. »

Le discours peut paraître naïf et utopiste. Tayeb Belmihoub le reconnaît sans baisser la tête: « Les choses ne sont pas inéluctables. L’océan est une somme de petites gouttes d’eau. » Inspiré par le philosophe ésotérique René Guénon, il a rassemblé ses idées en un livre étonnant, Une balle pour la paix (1). Il n’y est pas question des mérites comparés du 4-4-2 et du 4-3-3 ou de l’art de la reprise de volée, mais du caractère sacré du football, de la symbolique des numéros ou de la métaphysique des couleurs. « Ce n’est qu’une proposition, souligne-t il, juste une manière de dire qu’il y a peut-être un autre point de vue sur le football. »


LE JOURNAL 'LA CROIX' ET UNE BALLE POUR LA PAIX...
Au fil de la réflexion est venue à jour une opération également nommée «Une balle pour la paix ». Un ballon blanc y sert d’objet symbolique de partage, de passeur en passeur. Chaque témoin le signe, avant de le transmettre via Tayeb Belmihoub à une autre personnalité. Le premier à répondre à l’appel a été Zinédine Zidane, en mars. Le joueur du Real Madrid avait déjà accepté de préfacer l’ouvrage sus nommé. « Cela ne pouvait pas être quelqu’un d’autre, s’enthousiasme l’initiateur de ce pacifique relais. Avec sa famille, ce garçon dégage un trésor d’union. »

Tayeb Belmihoub ne cache pas son admiration pour le meneur de jeu des Bleus. « Sur un terrain, Zinédine fait grandir tout le monde, ce qui est rarissime, avance-t-il. Cette faculté, c’est la conjonction de ce qui lui a été donné et du travail qu’il a réalisé pour se mettre à la hauteur du don. » Le footballeur a transmis le message à Yannick Noah qui a lui-même tapé en avril en direction de Nelson Mandela. Après avoir suffisamment rebondi sur la planète, le ballon-symbole est destiné à être exposé. « C’est une petite action, insiste Tayeb Belmihoub, mais cela rappelle que l’humanité est une et unique, qu’on le veuille ou non.»

PASCAL CHARRIER

(1) Une balle pour la paix, Éditions Traditionnelles, 2005, 99 p., 14€.


Samedi 09 Septembre 2006 - 22:43
Pauline Sulak
Lu 2976 fois

LA_CROIX_TEXTE.doc LA CROIX TEXTE.doc  (3.67 MB)
LA_CROIX_TEXTE.pdf LA CROIX TEXTE.pdf  (361.74 KB)


Commentaires articles

Nouveau commentaire :

Nom*
Adresse email* (non publiée)
Site web

Commentaire
Me notifier l'arrivée de nouveaux commentaires
Ajoutez si vous le désirez vos commentaires ou réflexions mais notez que nous ne les publierons qu'après aval de la direction de la rédaction.
Merci de vous exprimer librement dans le respect de la loi et des droits de l'Homme et de nos différences.

L'ASSOCIATION | LE LIVRE | L'OPERATION | REVUE DE PRESSE | VOS ARTICLES


Conditions d'utilisation su site « Une balle pour la Paix » nommé UBPP
Vous êtes sur le site Internet UNE BALLE POUR LA PAIX appartenant à l’association UBPP (désignée ci-après le Site). Bonne visite à tous mais notez que UBPP possède tous les droits d'exploitation (droits de représentation, de reproduction et de traduction) de tous les textes, données, images, supports audio et vidéo ou de tout autre document figurant sur le Site.
EST AUTORISEE : La reproduction des textes et images, sous réserve de la gratuité de la diffusion, du respect des documents reproduits portant obligatoirement la mention copyright suivante : « Document UBPP ().
EST INTERDIT : La distribution, modification du contenu à fins commerciales. UBPP se réserve tous les autres droits liés à ce Site.
Vous acceptez les conditions suivantes, sans aucune restriction, en accédant à ce site :
CONDITIONS :
1. Textes et images sur le Site sont protégés par les droits de propriété intellectuelle ou industrielle, et ne peut être utilisé autrement que dans les limites fixées par les présentes Conditions et tel que défini précédemment.
2. Si une erreur s’était glissée sur le Site UBPP , merci de nous en tenir informés sur ubpp@uneballepourlapaix.fr ou par tout autre moyen à votre convenance.
3. Quels que soient les dommages liés directement ou pas à l’utilisation su Site, il sont sous votre entière et exclusive responsabilité. Idem pour les virus qui pourraient infecter votre ordinateur ou autre matériel suite à visite ou téléchargements.
4. Toute communication ou tout document que vous envoyez sur le Site par courrier électronique ou par tout autre moyen, y compris les données, questions, commentaires, suggestions ou autres, seront considérés comme non-confidentiels. Ils pourront donc être utilisés par UBPP, à toute fins utiles.
5. Les images de personnes ou de lieux sur le Site sont, soit la propriété de UBPP, soit utilisées par UBPP avec l'autorisation du propriétaire. L'utilisation de ces images par vous-mêmes ou par toute autre personne que vous auriez autorisée est autorisé comme indiqué par ailleurs sur le Site. Toute utilisation non autorisée de ces images pourrait violer les textes régissant la propriété intellectuelle ou industrielle, les marques déposées, le respect de la vie privée et la communication.
6. UBPP ne pourra être tenue pour responsable des liens vers d'autres sites. Ceux-ci ne vous sont fournis qu'à titre indicatif.
7. UBPP se réserve le droit de contrôler les communications, échanges, courriers, annonces et la liaison au Site.
8. UBPP peut à tout moment modifier les Conditions sans préavis. De même, UBPP peut à tout moment, et sans justification, préavis, ni indemnité, mettre fin aux droits qui vous sont conférés par les présentes Conditions, si vous n'en avez pas respecté les termes. Vous devrez alors détruire tout ce que vous aurez obtenu sur le Site ainsi que toutes les copies que vous aurez pu faire.
9. Ces Conditions sont régies par la loi française. Les litiges, à défaut de règlement amiable, seront portées devant les juridictions compétentes.